EP5 : L’intermédiation financière part 1 + Test QCM

Spread the love

La question de l’intermédiation financière est à la fois ancienne et nouvelle. ancienne, dans la mesure où depuis longtemps les théories monétaires, telles que celle de Gurley et Shaw qui date déjà d’une quarantaine d’années, l’étudiant en distinguant la finance directe et la finance indirecte. nouvelle, parce que la globalisation financière actuelle est régie par une règle que l’ont peut appeler des “4 D” : décloisonnement des marchés, déréglementation des activités et désintermédiation des financements et désengagement de l’état. la révolution financière des années 80 et l’accélération de la mondialisation de l’économie dans les années 90 justifient donc que l’on se pose la question de la place de l’intermédiation financière dans l’ensemble du système de financement et de la réalité du processus de désintermédiation.

En constatant la désintermédiation des financements, certains annoncent la disparition des intermédiaires financiers ou tout au moins un irréversible recul : s’impose alors la question de la nécessité des intermédiaires financiers.

d’autres part, l’atonie persistante de l’activité économique dans plusieurs pays amène à réfléchir sur le rôle de la création monétaire dans le financement de la croissance. reprenant alors la distinction classique au sein des intermédiaires financiers entre ceux qui sont “bancaires” et ceux qui ne le sont pas selon qu’ils ont ou non le pouvoir de créer de la monnaie; nous posons dans une troisième et dernière partie la question de la spécificité des banques au sein de la galaxie des intermédiaires financiers.

de manière générale, l’intermédiation financière est l’activité développée par les agents financiers qui s’interposent pour faciliter l’adéquation en quantité de l’offre à la demande de capitaux.

on distingue donc deux types d’intermédiations à savoir : l’intermédiation du bilan (intermédiation active) et l’intermédiation du marché (intermédiation passive).

l’intermédiation de bilan

l’intermédiation comporte une fonction de transformation de titres, ce qui affecte nécessairement le bilan de l’intermédiaires, d’où l’expression d’ ” intermédiation de bilan “.

le financement intermédié, ou finance indirecte, fait intervenir par définition des institutions ad hoc -les institutions financières- pour servir d’intermédiaire entre les agents à besoin de financement ceux à capacité de financement. les institutions financières émettent des titres secondaires au bénéfice des seconds ( les agents à capacité de financement cherchent par acquisition des ces titres – “courts” et peu risqués – à rentabiliser leur épargne liquide) pour collecter les ressources nécessaires au financement des titres primaires offerts par les premiers ( les agents à besoin de financements). en effet, les intermédiaires financiers n’ont pas un rôle passif dans l’économie, leur rôle ne consiste pas seulement à mettre en contact les offreurs et les demandeurs, mais à réaliser un équilibre entre eux.

d’une façon plus précise, le rôle bancaire consiste à l’acquisition des titres de “dette primaire” (actions; obligations) des agents à besoin de financement en émettent en contrepartie des titres de “dette secondaire”. les firmes ainsi que l’état préfèrent s’endetter auprès des banques et autres institutions financières spécialisées dans les prêts. Les banques qui prennent la décision de prêter, se refinancent couramment sur le marché interbancaire ou après de la banque centrale. Cette dernière ne rationne pas le volume de refinancement mais l’offre au taux d’intérêt qu’elle fixe en fonction de son objectif de taux et/ou de réserves de change.

il s’agit, donc, d’une économie d’endettement où prédomine la finance indirecte. cette économie peut être définie de manière stricte ” comme étant  une économie dans laquelle les agents non financiers ont une faculté d’emprunt auprès des banques commerciales, qui ont à leur tour la même faculté auprès de la banque centrale dés lors, le taux d’intérêt de la monnaie centrale joue un rôle directeur ” ce taux monétaire est inférieur au taux d’intérêt naturel ( taux d’intérêt qui serait dans une économie de marché financier)

  • Vous trouverez dans la vidéo ci-dessous des explications simples sur la raison d’être de l’intermédiation financière et les différences existent entre l’intermédiation de bilan et l’intermédiation de courtage avec des exemples.

NB : Afin de bien maîtriser le contenu de cette vidéo vous aurez un lien (sous la vidéo) d’un test de connaissances sous forme de QCM ( questions à choix multiples)

  • Merci de partager l’article sur les réseaux sociaux.

Spread the love

Laisser un commentaire