Résumé du cours de la microéconomie-Université de bordeaux

Spread the love

Extrait du cours (Vous pouvez télécharger, ci-dessous, le cours complet en pdf):

La microéconomie est une branche de l’économie très récente, le début de la microéconomie date de la révolution Marginaliste en 1870. Avant cette période, la microéconomie n’existe pas, elle se fait au sein de la macroéconomie et de l’école classique.
Cette dernière s’intéresse à des problèmes globaux : les agrégats, la richesse des nations, le consommation nationale et leurs évolutions. C’est une vision systémique. Pères de l’école classique et de la macroéconomie, 3 anglo-saxons : Adam Smith (1723-1790), Ricardo (1772-1823) et J.S.Mill (1806-1873).
Adam Smith : Un des premiers économistes libéral à penser que l’état de ne devrait pas intervenir. Car selon lui le marché est naturellement efficient. Il est également à l’origine de la division du travail.
David Ricardo : Il instaure la notion d’avantage comparatifs (division internationale du travail) mais également celle de la valeur travail.
John Stuart Mill : il travaille sur la séparation des sphères privées/publiques. Mais aussi la hiérarchisation des plaisir, utilitarisme.
Jean baptiste Say (1767-1832) : Économiste français, seul de cette liste à ne pas être anglosaxon.
Il va proposer une loi des débouchés : elle signifie que toutes offre créée en elle-même les conditions de sa demande. (production/offre -> revenu(vente)/salaire -> demande -> offre)
Les centres d’intérêts des macro économistes :
– La richesse globale des nations et donc les problèmes de croissance économique.
– Les problèmes d’accumulation du capital : l’investissement.
– Ils s’interrogent sur le devenir général du système économique à long terme (Malthus)
Thomas Robert Malthus (1766-1834) : Macro-économiste anglais, il étudie les rapports entre la population et la production. Selon lui tandis que population croit de manière exponentielle, les ressources croient de manière arithmétique. Ce qui à long terme entrainera forcement un problème.


Spread the love

Laisser un commentaire